Cadres théoriques en confrontation avec la nature et l’expérience au Moyen Âge

Modalités d'accès
Accès libre

Journée de conférences organisée en partenariat avec le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de l’université de Poitiers ainsi que la SFHST, Société française d’histoire des sciences et des techniques.

Le cadre théorique dans lequel les maîtres du Moyen Âge pensent le monde est l’aristotélisme qui couvre de nombreux domaines. Mais les explications fournies par Aristote semblent parfois en contradiction avec ce que l’on peut observer ou avec des explications issues d’autres traditions. On trouve ainsi, dans le cadre des explications sur le mouvement, des dispositifs mettant en jeu des aimants, qui, pour certains, sont en contradiction avec ce que l’on peut observer. Et l’attraction à distance du fer par l’aimant est un des phénomènes qui poussent l’aristotélisme dans ses retranchements.
Il en est de même pour ce que les médiévaux appellent les « propriétés occultes ». Celles-ci furent-elles un moyen pour la science scolastique de dissimuler ses ignorances ou doivent-elles être comprises comme la condition sine qua non d’un cadre où peut se déployer la « science normale » ?
La question du rôle assigné à l’expérience pratique se pose par ailleurs pour les médecins. Ceux-ci étaient, presque toujours, des praticiens expérimentés, confrontés à des cas difficiles ou incompréhensibles. Ces cas pouvaient-ils remettre en cause la doctrine médicale tout entière ?
Enfin, on peut se demander pourquoi l’existence de penseurs atomistes au Moyen Âge a échappé si longtemps à l’histoire des sciences. Une partie de la réponse tient peut-être au fait que ces atomistes soient presque tous des théologiens et que leur atomisme sert un projet scientifique, mais poursuit aussi un objectif théologique.
Sabine Rommevaux, directrice de recherche au CNRS

Programme de la journée :

  • 9h15 / Accueil par Cécile Treffort, directrice du CESCM, et Sabine Rommevaux.
  • 9h30 – 10h30 – Une théorie en apparente contradiction avec les résultats de l’expérience : le magnétisme
    Conférence de Sabine Rommevaux, directrice de recherche au CNRS.
  • 10h45-11h45 – Asile de l’ignorance ou terme nécessaire de l’explication ? La notion d’occulte dans la science scolastique
    Conférence de Nicolas Weill-Parot, professeur d’histoire médiévale, université Paris-Est Créteil.
  • 14h-15h – Les médecins et l’expérience au Moyen Âge
    Conférence de Joël Chandelier, maître de conférences en histoire médiévale, département d’histoire, université Paris 8 (Vincennes- Saint-Denis).
  • 15h-15h15 / Questions
  • 15h15-16h15 – L’idée d’atome au Moyen Âge entre science et théologie
    Conférence d’Aurélien Robert, chargé de recherches au CNRS.

Retrouvez les deux présentations ppt à cette adresse.

 

Toutes les dates

16 janvier 2014
9 h 00 -> 17 h 00
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *