Michelet, une histoire de France en relief

Conférence de Paule Petitier, professeur de littérature française, université Paris Diderot-Paris 7.
L’image de la fresque vient spontanément à l’esprit si l’on pense à une histoire de France en dix-sept volumes écrite au XIXe siècle. On s’imagine un déroulement linéaire dans lequel le récit s’attache à l’aventure nationale et à ses héros, une sorte d’histoire amplifiée en Histoire. Cette représentation est insuffisante pour rendre compte de l’art d’historien de Michelet. Avec lui, l’on voit et l’on pense l’Histoire en plusieurs dimensions ! Le sens des événements varie selon les échelles interprétatives ; tel fait secondaire, tel détail prend soudain un relief saisissant, et préfigure de façon concentrée les événements qui vont suivre. L’Histoire se joue sur plusieurs scènes emboîtées ; elle se lit non seulement dans la succession chronologique mais aussi dans le jeu d’échos entre des personnages et des événements séparés dans le temps. Michelet excelle à faire sentir la complexité de la temporalité, de la causalité et du mouvement historiques par la construction et la conduite du récit. On caricature son œuvre lorsqu’on l’assimile à une épopée progressiste univoque. Au contraire, il est sensible au sens toujours instable et pluriel d’un événement, à son surgissement imprévisible dans un contexte donné. Il ne peint jamais de grands hommes d’une seule pièce, mais s’attache à leurs variations et à leurs transformations au fil même de leur action. La quête du sens de l’Histoire n’aboutit jamais à une simplification de sa vision ni de son récit.

Cycle Jalons pour une histoire des sciences de l’Homme. En partenariat avec l’Ecole doctorale sciences humaines économiques et sociales de l’université de Poitiers et la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme.

Toutes les dates

9 décembre 2008
18 h 30 -> 20 h 30
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.