Bruisme #1, festival des musiques libres à Poitiers

Bruisme #1

Vendredi 1er juillet

Confort moderne à partir de 18h

Mise en jambes : Lindsay L Benedict : « Baby, I just wanna dance »

>> dance-floor approximatif
Un guetto-blaster (Sharp WQ-T354 !), un dance-floor goudronné, des « danseurs » recrutés aux quatre coins de la région et 4 mn pour présenter une chorégraphie inédite sur le morceau de leur choix…

Apérouverture : Arhkad (Poitou) : Josselin Arhiman : laptop – Franck Cadet : guitare, objets, électronique

www.myspace.com/arhkad

>> musique concrète abstraite

Craquements, déchirements, accalmies, frottements, souffles, explosions, silences… La mélodie acidulée d’un jeu vidéo, des drones méditatifs, des cliquetis électroniques… Un amalgame de matériaux sonores, un collage homogène où les sons discutent ensemble.

A partir de 21h

PEÜR (Poitou) : F.D : guitare, sample, K7, voix – M.G : batterie, sax et voix.

www.myspace.com/peur

>> Noise bancale

Attentat sonore, musique de bric et de broc, instrumentarium en forme de musée des horreurs, avec parfois mais pas toujours des vrais instruments dedans, et même de la voix. Quelques tôles et parpaings aussi, pour faire joli… Féroce mais pas méchant, Peür vous prend au ventre.

***

Open Paper Tree (France, Grande-Bretagne) : Paul ROGERS : « contrebasse » 7 cordes – LE QUAN Ninh : percussions – Michel DONEDA : saxophones

www.lequanninh.nethttp://puffskydd.free.fr/neda

>> impro

Discussion au sommet entre trois maîtres de l’improvisation libre. Au-delà de toute technique, au-delà des instruments, une grande leçon de musique et cette faculté rare à dénicher le beau dans les excès sonores les plus violents.

***

Elwood & Guthrie (USA, Australie) : Will Guthrie : batterie – Scott Stroud : banjo, voix

http://www.myspace.com/elwoodguthrie

>> Folk rugueux

Sombre, crasseux et abrasif, leur folk primitif tout droit sorti des montagnes arides des Appalaches fraye avec quelques larsens plus ou moins maîtrisés, une batterie bringuebalante un poil bancale et la voix écorchée d’un ménestrel halluciné.

Samedi 2 juillet

Confort Moderne à partir de 17h

Aliquid (France) : Jean-Marc Foussat : VCS3, électronique – Sylvain Guérineau : saxophone

http://sylvainguerineau.free.fr/http://jm.foussat.free.fr/

>> impro (entrée libre)

Un duo tout en contrastes, un choc des cultures, comme un ruisseau de montagne qui traverserait des hauts-fourneaux, comme le chant d’un rossignol (enroué…) qui surgirait d’un vacarme industriel. Un duo où les deux voix ne font pourtant plus qu’une, communient et dessinent les contours, flous, de paysages sonores oniriques.

***

Ninicha Haïku (France, Poitou) : platine, objets sonores, guitare, voix…

http://www.myspace.com/ninichahaiku

>> Poésie chaotique (entrée libre)

Définitivement modestes, ils préfèrent rester anonymes. Ils livrent quand même ces quelques lignes de présentation, histoire d’y voir bien plus clair :

– « La mer déchaînée ! s’étalant jusqu’à Sado le Fleuve Céleste »

– « Le son de la rame frappant les vagues glace mes entrailles cette nuit des larmes »

– « Une pierre qui roule sur la colline ne sait rien de sa trajectoire »

Limpide…

A partir de 21h

Jean-Philippe Gross (France) : dispositif électro-acoustique

http://www.jeanphilippegross.com/

>> power electronics

En chef d’orchestre de circuits imprimés, les deux doigts dans la prise, JPG martyrise la fée Électricité et s’applique à un minutieux travail de destruction systématique du signal.

Quand larsens, ronflettes, souffles, craquements et autres parasites deviennent musique à part entière.

***

La Colonie de Vacances (Pneu + Marvin + Electric Electric + Papier Tigre) (France) : guitares (x 5), batteries (x 4), claviers (x 3)

>> trance-rock quadriphonique

Principe simple : une salle, quatre coins, un groupe d’énervés dans chaque coin, le public au milieu. Résultat : riffs rageurs en tirs croisés, ping-pong de claviers allumés, va-et-vient de cymbales martelées, mur de son à 360 degrés… Conséquences : torticolis, dédoublement (au minimum) de personnalités, tympans encerclés, foot tapping, headbanging…

Une orgie sonore à ne plus savoir où donner de l’oreille.

***

Peeping Tom (France, Suède) : Pierre-Antoine BADAROUX : sax – Joel GRIP : contrebasse – Antonin GERBAL : batterie

http://www.myspace.com/peepingtomjazz

>> free bop

« Le jazz est poussiéreux, le jazz c’est pour les vieux » ?! En trois coups de plumeau rageurs, les Peeping Tom font ravaler leur rengaine aux détracteurs dans une relecture intense, à cent à l’heure et totalement jouissive des thèmes phares du bebop, dopés par une énergie impressionnante et dynamités par un drive imparable.

Dimanche 3 juillet

15h Église Saint-Jean de Montierneuf

Mune + Christophe Macé : « Video Vox Organon » (France, Poitou) : Jean-Luc Guionnet : orgue – Claire Bergerault : voix – Christophe Macé : sculptures, vidéos

www.clairebergerault.com

>> communion solennelle

Entre l’orgue vrombissant et les fulgurances vocales du duo Mune s’immiscent sculptures lumineuses et vidéos. En improvisation totale, sans autre partition que l’acoustique, l’architecture et l’histoire du lieu, ils en distordent l’espace, le prolongent et l’ouvrent sur des territoires sonores qui s’étendent à perte d’écoute.

18h Lieu Multiple

Duo Li Ping Ting / Nicolas Desmarchelier (France) : Li Ping TING : danse / action – Nicolas DESMARCHELIER : guitares

>> musique en mouvement

L’une propose des situations absurdes qui laissent transparaître toute la fragilité de la posture de l’artiste : l’assurance inébranlable d’une pierre posée sur sa tête, le doute qui jaillit de sa bouche en un flot de paroles confuses… L’autre envisage la guitare comme simple objet sonore au potentiel réinventé. Deux artistes à la lisière de l’art et de la vie de tous les jours, qui transforment sons et gestes du quotidien en instants précieux.

***

Thomas Ankersmit (Hollande) : saxophone, synthé analogique, électronique

www.thomasankersmit.net

>> génie précoce

Un final en beauté avec ce qui constitue peut-être l’une des plus belles expériences sonores du moment. De quoi perdre définitivement pied, juste au cas où il resterait encore quelques repères après ces trois jours.

Thomas Ankersmit est un grand, un très grand des musiques créatives. À tout juste 30 ans…

Bonus festival

Metamkine & Blind Spot

Metamkine : distributeur incontournable dédié aux musiques improvisées, électro-acoustique, expérimentales…

Blind Spot : disquaire indépendant, from Rennes, spécialisé en « musiques que c’est la peine ».

***

Et comme toujours au Confort Moderne :

Transat Shop :  le plus petit disquaire du monde ! 13m2, un siège, une platine et des milliers de références (95% de vinyles, tous styles confondus).

la Fanzinothèque : LA référence mondiale des fanzines en tout genre.

les expos en cours  : vous pouvez aussi profiter du moment pour visiter les deux expositions en cours, proposées par le Confort Moderne : De la neige en été et Le parking de sculptures.

***

Radio campus Orléans couvrira le festival et proposera l’émission « Champs Libres » en direct le samedi après-midi.

Infos pratiques

Le miam : Restauration possible sur place le vendredi et samedi soir, assurée par Hänsel & Gretel.

***

Tarifs :

Pass festival (accès à tous les concerts, tarif unique) : 24€

Vendredi & samedi : 14€, 12€ (TR*) ou 3,50€ (bourse spectacles )

Dimanche : 6€ , 3,50€ (TR*)

*TR : tarif réduit sur justificatif

***

Accès :

– Confort Moderne : 185 rue du faubourg du Pont-Neuf  //  Ligne de bus : n°12 et n°3, arrêt « Confort Moderne »

– Lieu Multiple / Espace Mendès France : rue Jean Jaurès  //  Ligne de bus : n°B et n°N2B, arrêt Baptistère St Jean

– Église Saint Jean de Montierneuf : place Montierneuf (centre ville)

Pour plus d’informations consultez le site de Vitalis.

 

 

 

 

Toutes les dates

3 juillet 2011 Différents lieux dans la ville : Poitiers, France
 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.