Confondre réalité et connaissance, le cas Bruno Latour

Modalités d'accès
accès libre

Conférence de Gilles Gauthier, professeur titulaire au département d’information et de communication de l’université Laval à Québec.

Dans sa « Nouvelle anthropologie des sciences », Bruno Latour avance l’idée spectaculaire que les objets dont traite la science n’ont pas d’existence pré-scientifique. Il soutient par exemple que les ferments lactiques n’avaient pas de réalité avant Pasteur de même que le bacille de la tuberculose avant Koch.
Selon Latour, peut-on dire, la science procéderait non pas à une mise au jour mais à une
mise au monde de la réalité. Bien que son audace même fait en sorte qu’elle soit difficile à confronter,
la thèse de Latour appelle une réaction. Cette opposition, si elle se voulait frontale, exigerait
une mobilisation théorique lourde et complexe. Une autre stratégie, indirecte, est possible.
Elle consiste à faire voir l’inconsistance de la conception bi-dimensionnelle du temps mise en avant
par Latour pour contrer le principal argument formulé contre sa thèse de la non existence pré-scientifiques des objets scientifiques : l’argument de la causalité rétroactive.

Toutes les dates

21 janvier 2010
20 h 30 -> 22 h 00
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.