De L’Homme dans l’Espace à son retour sur Terre

Conférence du Docteur Jérôme Roumy, service Biophysique et Traitement de l’Image Pôle d’Imagerie Secteur Echographie-Doppler au CHU de Poitiers

L’Homme dans l’Espace : une aventure extraordinaire. Cependant, l’Homme n’est pas fait pour vivre en apesanteur et si les cosmonautes au retour d’un vol spatial ne tolèrent plus la position debout, c’est parce qu’un grand nombre de modifications sont intervenues au sein de leur organisme. On constate notamment une perte des artères à modifier leur calibre, ce qui provoque des baisses brutales de pression artérielle avec une diminution de vascularisation des certains organes comme le cerveau provoquant des malaises importants.

Ces phénomènes sont également constatés chez des patients alités pendant une plus ou moins longue période au cours des hospitalisations avec une difficulté à tolérer la station verticale : ce phénomène bien connu est le déconditionnement cardio-vasculaire.

Pour étudier ce déconditionnement, le modèle de l’Homme dans l’espace est très utile, car il est réversible, mais nécessite beaucoup de moyens et la population de cosmonautes est très réduite. C’est pourquoi nous avons recours à d’autres techniques comme les tests d’alitement prolongés (HDT ou Bed-Rest) ou bien des vols paraboliques qui nous permettent d’étudier les phases transitionnelles de modification de pesanteur mimant de façon très précise les départs ou retours de navette spatiale.

Les résultats que nous obtenons montrent que le système cardio-vasculaire est très adaptatif, mais nécessite des phases de « transition » plus ou moins longues pour s’habituer de nouveau à une pesanteur de type terrestre. Il apparaît également que si les membres inférieurs se déconditionnent rapidement, certains organes comme le cerveau ou bien le rein conservent leur capacité de lutter contre les changements d’environnement.

Divers équipes travaillent sur ces phénomènes physiques, physiologiques et environnementales et les nombreuses expériences aéronautiques participent à comprendre les phénomènes adaptatifs physiologiques et physiopathologiques pour expliquer et lutter contre le vieillissement prématuré de certains organes ou de fonctions vitales ainsi que les effets délétères des hospitalisations de longue durée.

Toutes les dates

21 janvier 2009 Bibliothèque universitaire Sciences : 1 rue Charles-Claude Chenou Bâtiment B4, 86000 POITIERS
14 h 15 -> 16 h 00
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.