La question de l’asile au Proche-Orient : l’exemple des réfugiés irakiens depuis 2003 au Liban et en Syrie

Modalités d'accès
Accès libre

Conférence de Kamel Doraï, directeur de Migrinter – CNRS UMR 6588.
La Syrie et le Liban accueillent depuis le début du vingtième siècle, différents groupes de réfugiés comme les Arméniens, les Palestiniens et plus récemment un grand nombre d’Irakiens. Ces deux pays, comme la majeure partie des États de la région, ne sont pas signataires de la convention de Genève de 1951 ni des protocoles de New York de 1967, et il n’existe pas d’accords spécifiques régissant les relations entre le haut commissariat aux réfugiés (HCR) et les autorités de ces pays. Depuis 2003, l’arrivée d’un important groupe d’Irakiens pose à nouveau la question de la place de l’asile au Proche-Orient. Alors que la région a connu au vingtième siècle de nombreuses crises géopolitiques qui ont généré des flux plus ou moins importants et plus ou moins durables de réfugiés, elle est aussi depuis les années 1970 un des principaux systèmes migratoires de la planète. Comment comprendre aujourd’hui l’exode irakien, et la place de la Syrie et du Liban, dans un contexte régional marqué par une intensification et une diversification des migrations ?

Enregistrement :

Toutes les dates

1 février 2012
18 h 30 -> 20 h 30
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.