Nappening one – La sieste « décomplexée »…

 

« Courage ! Siestons ! » : Nappening one

nappening-1reduit06.jpg

 

Crédit photo : Alexandra Pouzet (2008)

En ces périodes de stress généralisé, redécouvrons un geste et un plaisir essentiel? Celui de la sieste…

Voici une présentation générale du projet « nappening one »qui aura lieu de façon publique du 21 avril au 26 avril 2008 à l’Espace Mendès France.
Mis en place par l’Espace Culture Multimédia, en relation avec le lycée de l’Image et du Son d’angoulème, le Greta Charente et une proposition artistique des « Contrebandiers du temps » (Marie-Pierre Thomat et Arno Tartary).

Ce projet intègre une partie diffusion artistique, un aspect scientifique (conférence) et sera accompagné par une formation orientée « Son » proposées par le Greta Charente et sur une durée de 4 semaines.


nappening-1reduit01.jpg

Crédit photo : Alexandra Pouzet (2008)

Cette proposition se décompose de la façon suivante ;

– Une soirée repas/performance (participation au frais de 20 euros) le 21 avril à partir de 19h30 en salle Galilée*
avec une présentation en quatre séquences

– Une conférence le mardi 22 avril à 20H30 avec le docteur Eric Mullens « somnologue » et Francine Harmandon , médecin du travail*

– Sieste sonores « L’ILE AUX OISEAUX » EN MULTI-CANAL » au planétarium à 13H30 et 15H (entrée libre) du 22 au 26 avril.*

« La sieste désigne un temps de repos pris au milieu de la journée, le plus souvent après le repas de midi. Sa pratique diffère selon les cultures, le climat et les individus.

Il est important de distinguer la sieste éclair (power nap en anglais) qui dure généralement entre 10 et 30 minutes, et permet de regagner concentration et énergie, de la sieste plus généralement décrite dans cet article.

La sieste est couramment pratiquée dans les pays chauds, aux heures les plus chaudes lorsque le soleil est au zénith : la chaleur ne permet pas d’activité très physique et le travail est remis aux heures plus fraîches. Dans les pays plus froids, la sieste est moins courante. Les enfants en bas âge ont souvent besoin d’un tel moment de repos, au moins sous la forme d’un « temps calme » organisé dans les structures d’accueil (écoles, centres de loisirs ou de vacances).

Pour les adultes, en Occident, la sieste est souvent vue comme un « luxe », un temps volé au temps de travail ou à d’autres activités. Lors de la sieste, il est possible de s’allonger simplement ou de dormir franchement. Le temps varie selon les personnes, de dix minutes à plusieurs heures. »

Note d’intention

L’ intervention prend place dans le cadre de la programmation de l’espace Mendès France de la ville de Poitiers.

Durant 5 jours, le public, transformé en audio-spectateurs pour l’occasion, aura à disposition une manifestation artistique et une conférence proposée l’espace Mendès France.

A l’occasion de l’inauguration de ce programme et pour son lancement, les « Contrebandiers du temps » présentent une performance : Nappening one.

Nappening one est une performance organisée en quatre séquences permettant une approche sensible de la confrontation entre temps productif et temps biologique. Cette œuvre se présente de la manière suivante : un parcours qui traverse trois lieux de compréhension de la sieste : le repas ou les nourritures terrestres, la sieste proprement dite ou l’écoute du temps biologique, la renaissance au monde du temps productif.

Cette proposition artistique originale occupe uniquement la première demi-journée.
Les neufs jours derniers jour du programme, le public bénéficie de deux installations sonores permanentes : le « sas sensible » et l’île aux oiseaux (diffusée en multi-canal dans le planétarium).

MOTIVATIONS
La sieste : une histoire de malentendu sociétal ?

Le malentendu (du moins en France) commence dès la petite enfance : un bon enfant n’est-il pas un enfant sage « qui fait ses siestes » sans problème, ceux ne la faisant pas étant examinés à la loupe, taxés « d’hyperactifs », bref suscitant l’inquiétude parentale.
Or, si le respect du petit roupillon bénéfique est respecté jusqu’à la maternelle, tout bascule à l’entrée au cours préparatoire : du jour au lendemain, un rythme « productif » est demandé aux enfants accompagnés d’un cartable de 3 kilos et de la suppression de la sieste si soigneusement entretenue les années auparavant…
La cassure du rythme biologique serait donc la porte d’entrée dans une société marquée par son application des rythmes entièrement dévolus au temps productif depuis que Monsieur Taylor a inventé l’OST : l’Organisation Scientifique du Travail.
Le malentendu va durer jusqu’à la retraite où étant sorti du temps productif, vous pouvez de nouveau vous adonner à cette petite pratique réconfortante.
Et si l’on considérait que le troisième âge n’est pas siesteur uniquement pour réparer une fatigue quotidienne due aux années de travail accumulées, mais aussi pour retrouver tout simplement son temps biologique ?
Entre temps, pour les pauvres actifs que nous sommes, plus question de sieste, trop souvent synonyme de temps perdu…

Et pourtant ! Tous les chercheurs des laboratoires du sommeil insistent sur les bienfaits de ce petit temps de récupération : il diminuerait les méfaits du stress en termes de maladie cardio-vasculaire et plusieurs études (dont celles du docteur Mullens, le fondateur du laboratoire du sommeil albigeois) soulignent que 20 minutes de sieste quotidienne augmenterait de façon notoire la vigilance de chacun et par là même… la productivité !
Au Japon par exemple, la pratique de la sieste sur les lieux de travail est encouragée par le ministère de la Santé.
En France, médiatiquement, la sieste devient à la mode (et c’est tant mleux), et du côté des entreprises, une tendance timide tend à s’amorcer en termes de management en essayant de prendre en compte la sieste comme une pratique pouvant améliorer la performance de l’individu dans l’entreprise.

Mais curieusement, on parle peu du fond du problème : tout être humain est dépendant du rythme circadien, le rythme biologique sur une période de 24 heures en fonction de notre horloge interne et de l’alternance nuit/jour.
Deux périodes de baisse de vigilance y sont relevées : entre 3 heures et cinq heures du matin et entre 13 heures et 15 heures l’après-midi.

Or, la durée moyenne de sommeil a baissé d’une heure et demie en un siècle
(7 heures trente aujourd’hui), et la plupart des accidents graves du travail se produisent durant ces baisses de rythmes journaliers.

Evoquer le temps de sieste, c’est tout simplement poser la question de la validité de nos rythmes sociétaux ne prenant pas assez en compte le respect du « découpage » temporel propre à chacun.
Ballottée entre temps productif et temps biologique, la sieste est un besoin naturel et fondamental en mal d’acceptation et de reconnaissance.

Au travers de ses installations, les « Contrebandiers du temps » invitent des audio-spectateurs à partager et à nourrir le débat sur le temps quotidien.
Donc : courage siestons ! En hommage aux siesteurs et siesteuses espagnols qui ne sont plus que 20 % à pratiquer contre 50 % dans les années 80.

SCENOGRAPHIE DU PROJET
Nappening one.

« Napenning » vient de la contraction de nap (sieste) en anglais et de happening.
En effet, le sujet essentiel de nos travaux artistiques (plastiques et sonores), repose sur l’intérêt que nous portons à ce petit moment réparateur tout en symboles.

La sieste « décomplexée »…

Nous voulons étendre notre action artistique à la pratique de la sieste à ciel ouvert et pouvoir toucher un public plus large au sein de l’espace Mendès-France de Poitiers.

Napenning one est une performance non plus organisée autour d’écoutes par casques, mais diffusée en multi-canal sur les installations sonores du planétarium.
En effet, si nous restons persuadés que la sieste relève de l’intimité, ce moment privilégié peut néanmoins se révéler festif et être partagé par le plus grand nombre, toujours de façon à nourrir le débat sur le découpage du temps quotidien.

L’idée est d’amener les gens, à travers un parcours, un cheminement en quatre séquences créé dans l’enceinte du planétarium, vers une réflexion sur leur propre rythme biologique. Il s’agit de leur permettre d’évoluer individuellement, de façon singulière et autonome dans le domaine de la sieste revendicatrice, la sieste décomplexée…

Nous organisons la performance autour d’une diffusion spatialisée de l’histoire que nous avons intitulé l’ile aux oiseaux.

On amorce le parcours en passant dans un « sas sensible » (voir pages suivantes).
Avant et après la diffusion de la sieste (comme un cœur bat en diastole et systole) nous occupons deux plateaux différents : un espace dédié à la restauration et un lieu de débat, d’échanges et de discussions.

Quelques créations-lumières en forme d’ébauches lumineuses viennent éclairer les quatre séquences du parcours proposé par la performance.

« L’ÎLE AUX OISEAUX »
Séquentiel de la performance

Présentation dans le cadre d’un repas prévu pour 50 personnes lundi 21 avril à partir de 19H30

La performance se déroule à travers trois approches complémentaires de la sieste de manière à en établir une typologie singulière.
La performance est un parcours qui traverse trois lieux de compréhension de la sieste : le repas ou les nourritures terrestres, la sieste proprement dite ou l’écoute du temps biologique, la renaissance au monde du temps productif.
Cette proposition artistique dure une demi-journée.

Séquence 1 — Le sas sensible en guise d’introduction.
Nous proposons de créer un espace de sensibilisation aux problématiques posées par les installations ou performances des « Contrebandiers du Temps ».
Cette espace constitue un préambule didactique permettant d’appréhender la performance « Nappening one » muni d’éléments de réflexions indispensables pour comprendre notre propos.

Séquence 2 — le repas ou les nourritures terrestres (l’appel de la sieste).
Un repas au cours duquel :

André Le Hir, comédien, donne à entendre quelques passages jubilatoires autour de la sieste.
Le docteur Eric Mullens (spécialiste du sommeil), démonte quelques idées reçues en la matière quant à l’équilibre temps productif et temps biologique.
Une CARTE BLANCHE à un intervenant choisi par Patrick Tréguer.

Séquence 3 — La sieste ou l’écoute du temps biologique.
A la fin du repas, tout le monde va siester dans le planétarium.
Ecoute en multi-canal de l’île aux oiseaux.

Séquence 4 — La renaissance au monde du temps productif.
Autour d’un café ou d’un thé, un débat informel sur nos quotidiens entre siesteurs, artistes et intervenants, animé par un chercheur du CEAQ , vient clore l’après-midi.

« LE SAS SENSIBLE »

En guise d’introduction.

Il s’agit de créer un espace de sensibilisation aux problématiques posées par les installations ou performances des « Contrebandiers du Temps ».
Cet espace constitue un préambule didactique permettant à l’audio-spectateur d’appréhender la performance « Nappening one » muni d’éléments de réflexions indispensables pour comprendre notre propos.

Ce « sas sensible » a pour vocation d’évoquer la notion de temps dans son sens
scientifique : le temps quantitatif, le temps objectif et l’espace temps.

Pour cela nous créons de toutes pièces, par une diffusion quadriphonique, une cité imaginaire.
Cette cité virtuelle s’inspire de traces et de signatures sonores propres aux grandes villes suivantes : Paris, Istanbul, Bombay, Le Caire et Tokyo.

Une cité de métaphores.
Notre cité imaginaire symbolise le temps productif dans sa mesure moderne, globale, où la délocalisation nous implique de plus en plus directement dans la dépendance envers le temps quantitatif. En effet, même si nos existences occidentales ont subies des améliorations significatives quant à nos possibilités d’échapper aux exigences de la productivité, ces acquis demeurent d’une fragilité extrême.
Cette ville symbolise également le rapprochement des Etats par le développement des principes de communication (télécommunications, internet, transports modernes), c’est à dire la problématique de la vitesse.

Ainsi, nous proposons de placer au centre de ce dispositif quadriphonique, un point de voix monophonique où des extraits choisis dans l’œuvre de penseurs (philosophes, sociologues, poètes ou scientifiques) appuieront cette expression symboliste sensitive.
Parmi les extraits de pensées convoqués, nous pouvons citer : Henri Bergson, Gaston Bachelard, Claude Levi-Strauss, Arthur Rimbaud, Paul Virilio, Henri Michaux…

DIFUSIONS DE « L’ILE AUX OISEAUX » EN MULTI-CANAL
Diffusion du mardi 22 au vendredi 25 avril au planétarium (13H30 ET 15H)
L’île aux oiseaux

Pour la première fois, nous proposons cette performance en multi-canal.
La mise en muti-canal sera réalisée sous la direction technique de François Serre, chargé d’enseignement dans les formations professionalisantes (BTS) du Lycée de l’Image et du Son d’Angoulême.
Georges Beaux, compositeur et directeur artistique reconnu, supervisera ce travail de mise en multi-canal.

Nous utilisons le son comme un vecteur de réflexion et construisons notre oeuvre autour de la métaphore, champ des possibles du réel, de la réalité perçue.
Nous fabriquons des films de vingt minutes tout en sons.
Mais, à la différence d’un film, constitué d’un enchaînement de séquences composées d’images, de sons et de musiques, dans l’île aux oiseaux, il n’y a pas d’images sur un support visuel et pas de musique non plus.
Il n’y a que des sons à voir.
Le parallèle avec un film-cinéma réside dans l’imaginaire de la fiction. Fiction totalement imaginaire, vision personnelle de l’Ile aux Oiseaux scénarisée avec une évolution dramatique.
Scénographie et dramaturgie existent avec des scènes enregistrées par une gamme de microphones créée pour l’occasion, comme un chef-opérateur de cinéma choisirait ses objectifs en fonction du scénario à filmer. Ainsi va ce récit : sans caméra, dans la nature et en intérieur.
Différentes valeurs de plans sonores (plans larges, plans moyens, gros plans), s’appuient sur la musicalité des sons choisis pour provoquer un état de rêverie convoquant la sieste.
L’audio-spectateur est invité à s’immerger dans cette histoire sonore spatialisée et a reconstituer, via son imaginaire, ses propres images.

Ainsi il s’agit bien, pour le public, d’être actif et non passif.
Marshall Mc Luhan faisait remarquer à juste titre que l’histoire entendue, le son et ses applications médiatiques (la radio…), demandait une véritable participation de l’audio-spectateur.
Fonctionnant comme stimuli sonore, l’histoire invite l’imaginaire a produire ses propres images mentales.
Véritable acte de création individuelle provoqué par la démarche artistique.
Média chaud.

L’idée a germé à la suite de quelques séjours sur l’Ile aux Oiseaux et après la lecture d’un ouvrage de Gaston Bachelard : La terre et les rêveries du repos.

L’île est complètement soumise au flux et reflux des marées, elle se laisse ensevelir pour ne former qu’un îlot de cinq kilomètres de circonférence à mer haute contre seize à basse mer.
Son nom, elle le doit aux nombreux oiseaux qui y passent le temps d’une migration ou y vivent et s’y reproduisent. Aigrettes, courlis cendrés, bécasseaux, poules d’eau noires et sarcelles trouvent dans les crassats et les mattes qui entourent l’île une nourriture de choix.

L’envie est venue de faire le parallèle entre une île et une grotte.
A propos de la grotte, Bachelard écrit : « la grotte est un refuge dont on rêve sans fin. Elle donne un sens immédiat au rêve d’un repos protégé, d’un repos tranquille.
Passé un certain seuil de mystère et d’effroi, le rêveur entré dans la caverne sent qu’il pourrait vivre là. Qu’on y séjourne quelques minutes et déjà l’imagination emménage ».

Petite ou grande, l’île est gigantesque par ce qu’elle représente : un véritable sanctuaire isolé du temps productif, sans eau courante ni électricité.
Quelques cabanes aux couleurs vives lancent un défi aux maisons de milliardaires ceinturant le bassin d’Arcachon.
Très bien protégée par les parcs à huîtres l’entourant, elle reste difficile à atteindre à marée haute comme à marée basse, car c’est alors la vase qui en rend l’accès pratiquement impossible.
Comme dans une grotte, on se sent « en situation de solitude rêveuse » propice aux sentiments de détente et d’abandon, on est hors la réalité, par-delà le temps productif.

Pour l’audio-spectateur, il ne s’agit pas de sommeil à proprement parlé, car il ne faut pas confondre rêveries de la sieste et sommeil de la nuit.
Dans l’histoire, c’est lui qui joue le premier rôle, son imagination est au pouvoir.
Dans la poétique de la rêverie, Bachelard précise :

 » Le repos du sommeil ne délasse que le corps. Il ne met pas toujours, il met rarement l’âme au repos, le repos de la nuit ne nous appartient pas. Il n’est pas le bien de notre être. Le sommeil ouvre en nous une auberge à fantômes. Il nous faut le matin balayer les ombres… Bien au contraire, la rêverie du jour bénéficie d’une tranquillité lucide. Même si elle se teinte de mélancolie, c’est une mélancolie reposante, une mélancolie liante qui donne une continuité à notre repos ».
Conférence le mardi 22 avril à 20H30
La sieste; un vrai médicament

 

Conférence de Eric Mullens, Médecin généraliste et « somnologue », il a créé en 1991 un laboratoire du sommeil et enseigne à la faculté de médecine de Montpellier.
et Francine Harmandon, médecin du travail à Toulouse.

** La sieste est un évènement chronobiologique, or dans notre culture elle est discréditée et considérée comme une perte de temps. Certaines personnes luttent même pour s’empêcher de dormir. Elle possède cependant des vertus thérapeutiques à condition d’en connaître les règles de prescriptions, notamment en réponse à une dette de sommeil. Il est même possible de l’assimiler à un médicament et d’en proposer des règles de prescription. Ces recommandations attribuent à la sieste et au repos compensateur un rôle déterminant pour réduire le coût et les conséquences délétères de la somnolence dans notre Société qui malmène notre rythme veille-sommeil et nous impose une hypervigilance de tous les instants particulièrement en conduisant ou lors d’un travail à horaires irréguliers. **

Dans notre culture, la sieste est discréditée. Elle est considérée comme une perte de temps et certaines personnes luttent même pour s’empêcher de dormir.

Les nombreuses études menées par notre association SVS81 depuis 1996 montrent que 63 % des travailleurs de nuit ont sommeil pendant le travail. Trois quarts des personnes qui se lèvent avant 5 heures du matin compense leur dette de sommeil par une longue sieste l’après-midi et 57 % des cadres dirigeants aimeraient la faire.

Nous savons que la sieste est un évènement chronobiologique qui possède des vertus thérapeutiques à condition d’en connaître les règles de prescriptions, notamment en réponse à une dette de sommeil. Il est possible de l’assimiler à un médicament et d’en proposer un « mode d’emploi » associant : présentation, composition, indications, « posologie » et mode d’administration, contre-indications, mise en garde, précautions d’emploi, interactions, grossesse et allaitement, conduite et utilisation de machines, effets indésirables, surdosage.

La société qui malmène notre rythme veille-sommeil nous impose une hypervigilance de tous les instants particulièrement en conduisant ou lors d’un travail à horaires irréguliers.

Ces recommandations attribuent à la sieste et au repos compensateur un rôle déterminant pour réduire le coût et les conséquences délétères de la somnolence.

nappening-1reduit04.jpg

Crédit photo : Alexandra Pouzet (2008)
FORME ET PRESENTATION
. Courte période de repos ou de relaxation de 10 à 20’, dans la pénombre au calme.
. Longue période de sommeil de 1h ou plus, au lit, dans le noir.
COMPOSITION
Pourcentage variable de sommeil lent (léger, profond) ou paradoxal selon l’heure et la durée d’administration. Pendant la courte sieste de 10 à 20’ le sujet n’a généralement pas le temps d’aller dans le sommeil profond. Ce laps de temps est cependant suffisant pour récupérer et le réveil est facile lors d’un réveil provoqué. A l’opposé, la longue sieste dure un cycle de sommeil ou plus. Le dormeur passe par des phases de sommeil lent profond (SLP) ou de sommeil paradoxal. Un réveil provoqué, notamment à partir du SLP est difficile (voir « effets indésirables »). C’est la raison pour laquelle il est préférable d’attendre un réveil spontané.
INDICATION
REPONDRE A UN BESOIN PHYSIOLOGIQUE DE SOMMEIL
La chronobiologie nous apprend que l’ on ne peut pas être éveillé et endormi n’importe quand. Au cours des 24 heures les périodes de veille et de sommeil se succèdent avec deux moments favorables au sommeil : La nuit, le besoin naturel de sommeil, avec une somnolence élevée surtout de 1h à 6h du matin. Le jour, le besoin naturel de sieste, la somnolence est présente en début d’après-midi entre 13h et 17h.
LA DETTE DE SOMMEIL (la sieste = stratégie de récupération)
Toute restriction du temps dormi, pendant une ou plusieurs nuits, provoque un manque de sommeil à l’origine d’une somnolence dans la journée responsable d’accidents ou d’erreurs. L’insuffisance de sommeil est une authentique pathologie dont les causes sont multiples : Se coucher trop tard, être éveillé la nuit ou se lever trop tôt … La dette de sommeil peut être volontaire (sorties, loisirs, télévision, vie associative …) ou imposée par des contraintes scolaires (ramassage scolaire…) ou professionnelles. Le travail à horaires irréguliers (appelé aussi atypique ou posté) expose à une privation de sommeil majeure et à une somnolence lorsqu’il implique les heures comprises entre 22h et 5h. Plus la privation de sommeil est importante, plus le besoin de récupération est long. Attention à la double journée (voir « mise en garde et précaution d’emploi »).
« POSOLOGIE » ET MODE D’ADMINISTRATION
COURTE PERIODE DE REPOS OU DE RELAXATION DE 10 A 20’
Installez-vous confortablement dans la pénombre, dans un endroit tranquille. Relaxez-vous, respirez calmement, détendez vos muscles, ne pensez plus à rien. Débranchez le téléphone. Ne vous forcez pas à dormir mais essayez plutôt de vous relaxer ou de vous reposer tranquillement. Si vous avez peur de dormir trop longtemps mettez un minuteur pour vous faire réveiller au bout de 20 minutes. Vous serez alors plus reposé, moins énervé et plus disponible.
EN DEBUT D’APRES-MIDI CHEZ TOUT LE MONDE
C’est la « sieste – relaxation » pour une bonne hygiène de vie.
CAS PARTICULIERS
La sieste sur le lieu de travail. Si vous faites de longues journées ou si vous devez rester sur place, respectez ce moment de repos après le repas de midi. Isolez-vous (voiture …). L’entreprise pourrait fournir un local adapté (sièges ergonomiques, ambiance calme).
Le travail de nuit. Une courte sieste peut être utile au cours du travail de nuit en présence de forts épisodes de somnolence notamment en deuxième partie de nuit.
LONGUE PERIODE DE SOMMEIL DE 1H OU PLUS
ENFANTS JUSQU’A 3 – 4 ANS
Cet épisode de sommeil naturel doit être respecté, au lit pendant 1 à 3 heures en début d’après-midi.
SIESTE PREVENTIVE Dormir par anticipation, l’après-midi (souvent en fin d’après-midi), permet de rester plus vigilant au cours du travail de nuit mais aussi en cas de sortie nocturne (boîte de nuit…)
SIESTE CURATIVE ET REPOS COMPENSATEUR
Travail de nuit. Il faut dormir le matin et respecter les conseils suivants : Allez au lit le plus tôt possible après le travail, sans oublier de prendre un petit-déjeuner. Prévenez les autres que vous dormez. Faites le noir dans la chambre. Mettez des bouchons dans les oreilles. Débranchez le téléphone et la sonnerie de la porte. Affichez un panneau “ ne pas déranger ” sur la porte. Essayez d’avoir un réveil naturel. Poste du matin. Ceux qui se lèvent tôt (avant 5 heures) doivent dormir après le repas de midi.
CONTRE-INDICATION
La sieste longue est contre-indiquée en présence d’un rythme de vie régulier. Elle provoque une insomnie la nuit suivante, notamment chez le sujet âgé.
MISE EN GARDE ET PRECAUTION D’EMPLOI
LA DOUBLE JOURNEE
Travailler à horaires irréguliers entraîne une dette de sommeil qu’il faut compenser pendant la journée, cependant certains l’évitent sous prétexte qu’ils ont autre chose à faire (construction de la maison, autre occupation, loisirs…). Cette DOUBLE JOURNEE majore la somnolence responsable d’accidents domestiques, du travail ou de la circulation.
TROP DORMIR DANS LA JOURNEE
Un long sommeil nocturne associé à une ou plusieurs siestes ou à une somnolence excessive dans la journée (score d’Epworth >10) peut résulter d’une pathologie du sommeil (voir « interaction »). Cet état nécessite un avis spécialisé dans un centre de sommeil*.
INTERACTION
FACTEUR QUI FAVORISE LA SIESTE
La relaxation (yoga, musique calme …).
FACTEURS QUI MAJORENT LE BESOIN DE SIESTE
Les dyssomnies (Syndrome d’apnées du sommeil, mouvements périodiques nocturnes, narcolepsie, hypersomnie, dépression…), l’alcool, les sédatifs et les médicaments signalés par un logo
FACTEURS QUI CONTRARIENT LA SIESTE
Stress, excitation, stimulants. L’absorption de caféine 4 à 5 heures avant de dormir peut provoquer une difficulté pour s’endormir.
GROSSESSE ET ALLAITEMENT
Respecter la sieste notamment en fin de grossesse. Après l’accouchement, préférer une sieste aux visites du début d’après-midi.
CONDUITE ET UTILISATION DE MACHINES
Il existe toujours un risque d’endormissement inopiné si l’on se force à lutter contre des épisodes de somnolence.
Somnolence au volant (sécurité routière)
Dès que vous ressentez les signes de la somnolence arrêtez-vous, même si vous êtes presque arrivé. Un sommeil de 15 minutes peut déjà suffire à améliorer votre vigilance pendant 1 à 2 heures. Si vous avez peur de dormir trop longtemps, mettez un minuteur ou faites-vous réveiller par le téléphone.
EFFETS INDESIRABLES
Inertie du réveil, confusion du réveil. Cette difficulté pour sortir du sommeil, notamment à la suite d’une longue sieste, résulte d’un réveil à partir d’une phase de sommeil lent profond. Elle laisse une sensation pénible et désagréable. Quelques mouvements de gymnastique peuvent favoriser le retour à la vigilance.
SURDOSAGE
Difficulté d’endormissement et insomnie la nuit suivante.
* Pour trouver un centre de sommeil, consulter le site de la Société Française de Recherche sur le Sommeil (SFRS)


Toutes les dates

21 avril 2008 -> 26 avril 2008 :
10 h 00 -> 17 h 00
 

2 Commentaires

  1. C’est une excellente idée, a l’encontre de notre société toujours sur le qui vive, ne prenants plus le temps de s’arrêter et d’apprécier les bonnes chose. Je serait présent pour cette journée
    N’hésiter pas a m’envoyer d’autre info
    A bientôt pour cette nap power

    Répondre
  2. Bravo et merci à tous (avec un « coucou » particulier pour François du LISA). Enfin des gens compétents qui ne prennent
    pas les « siesteux » pour des fainéants. Tel Mr Jourdain,j’ai pratiqué le « power nap » sans le savoir pendant 20 ans dans les
    WC de mon entreprise (important cabinet d’ingénierie industrielle),eh oui! il fallait se cacher.Cela m’a toujours été très
    bénéfique.Ce n’est pas du temps de perdu,mais gagné,et pour
    moi et pour l’entreprise (gagnant-gagnant) cet avis est encore
    très peu répandu.Les idées toutes faites ont la peau dûre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.