Akousmaflore : Végétaux musicaux sensibles et interactifs

Actualisé le 9 octobre 2009 à 13 h 03.

Scenocosme : Grégory Lasserre & Anaïs met den Ancxt

Du 30 septembre au 4 octobre à l’Espace Mendès France, accès libre

Akousmaflore est un jardin composé de véritables plantes musicales réactives à nos gestes et frôlements. Chaque plante s’éveille au moindre contact chaud et humain par un langage sonore qui lui est propre. Ce langage végétal fonctionne ainsi par le toucher. Notre aura chaude et électrique, invisible à l’oeil nu agit ici sur les ramures végétales en offrant l’expérience d’un environnement réactif à son existence. Ainsi, lorsque les spectateurs les caressent ou les effleurent celles-ci se mettent à chanter.
Devenues instruments de musique sensibles, elles offrent la possibilité de composer une orchestration florale.

akousmaflore

À travers nos créations, nous travaillons sur des hybridations possibles entre végétal et technologie numérique. Les plantes sont des capteurs naturels et vivants, sensibles à des flux énergétiques divers. Dans ce projet, nous interprétons ces flux perçus par la plante en proposant une interaction sonore. Nous abordons un traitement, une modification des données liée à la déambulation et aux interventions des spectateurs dans l’œuvre. Les spectateurs peuvent agir de manière non déterminée sur un univers musical prêt à s’éveiller. Les gestes des spectateurs permettent d’engendrer ou de superposer des flux sonores mais aussi d’en modifier les teintes et les fluctuations.

Notre corps produit en permanence un territoire biologique qui constitue une forme d’aura électrique. Ce phénomène subtil fait trace dans notre environnement immédiat mais à une échelle que nous ne percevons pas. Notre démarche se poursuit avec la volonté d’«animer» ce qui échappe à notre perception. En mêlant réalité et imaginaire, nous proposons ici une expérience sensorielle qui questionne nos relations énergétiques avec les êtres vivants. Les plantes domestiques ont souvent un statut ambigu qui oscille entre objet de décoration et être vivant. Selon certaines rumeurs populaires mais aussi scientifiques, ces «objets animés» semblent réactifs à l’attention qu’on leur porte. Nous rappelons ici que notre environnement est fait non pas de choses inertes, mais vivantes, réactives à notre territoire biologique qui nous échappe. Les plantes rappellent leur existence par un cri, un chant, une vibration acoustique.

Le site de Scenoscome

 

Publié par thierry pasquier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.