Le séisme du 27 février du Chili n’a provoqué aucun effet décellable

Actualisé le 20 mars 2010 à 14 h 53.

Mars 2010 : le séisme du 27 février 2010 du Chili de magnitude 8.8 n’a provoqué AUCUN EFFET DÉCELABLE sur le pôle de rotation et la vitesse de rotation. Indépendamment des séismes, le pôle se déplace de quelques mm à plusieurs cm par jour en raison des transports de masse atmosphérique, océanique et hydrologique.

Jusqu’à présent l’effet des séismes sur la rotation terrestre reste théorique. D’après les modèles de déplacement sismique, l’évènement récent du Chili aura pour effet de déplacer le pôle de rotation de 8 cm dans quelques mois par rapport à la course qu’il aurait eu en son absence, laquelle sera modélisable avec une erreur 50 cm; autrement dit l’effet sismique ne sera pas discernable. Le tremblement de Terre du Chili aurait aussi diminué la longueur du jour, à la hauteur de 2 micro-secondes, c’est-à-dire en deça de l’erreur actuelle sur cette quantité, et bien inférieure à la variation quotidienne s’élevant parfois à 50 micro-secondes, et causée principalement par les vents.

Seul un méga-séisme, tel celui du Chili en 1960, pourrait causer un effet observable avec les techniques d’observations modernes.

Cet article est écrit par le Service de la Rotation de la Terre / Syrte / Observatoire de Paris
Tous les autres renseignements et éléments sur la rotation de la Terre sont disponibles sur le site
http://hpiers.obspm.fr/eop-pc/index_fr.html

 

Publié par Laghia Sanz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.