Parution de L’Actualité Poitou-Charentes n°94 — L’âge roman, les Critt, la Fête de la science

Actualisé le 15 juillet 2014 à 13 h 52.

Le numéro 94 de L’Actualité Poitou-Charentes, la revue trimestrielle éditée par l’Espace Mendès France, vient de paraître. Il consacre sa une à l’âge roman à l’occasion de l’exposition présentée au Musée Ste-Croix de Poitiers, et son dossier principal aux Criit, les centres régionaux d’innovation et de transfert de technologies. Enfin, comme chaque année, il répercute le programme de la Fête de la science en Poitou-Charentes.

Sommaire détaillé et vente en ligne de ce numéro.

Éditorial

S’il ne fait aucun doute que l’art roman est une composante essentielle de l’identité régionale du Poitou-Charentes, il en est une autre beaucoup moins connue mais très active, qui est à l’interface de la recherche, des entreprises et des institutions publiques : les huit Centre régionaux d’innovation et de transfert de technologie.
Depuis une vingtaine d’années, ces structures ont porté quantités d’innovations qui couvrent des champs très larges de nos activités et de nos préoccupations.
Qu’il s’agisse de l’agroalimentaire, des aliments et de la santé, des pigments naturels ou des industries nautiques… jusqu’aux maladies rares. Ce dossier démontre aussi que l’innovation technologique n’est pas forcément spectaculaire car elle s’immisce dans nos pratiques quotidiennes. N’est-ce pas la meilleure preuve que science, technologie, économie et usage fonctionnent ensemble ?
Vingt ans également que la Fête de la science irrigue tout le territoire, avec un succès sans cesse grandissant (plus de 300 manifestations dans notre région) et une évolution très nette vers des problématiques plus complexes et plus composites, celles de notre société actuelle. La demande de transmission des savoirs est toujours aussi vive mais le public souhaite s’approprier la connaissance en la replaçant dans un contexte, ce qui suppose débat, forum, confrontation. Démarche qui tend vers un partage et une intelligence collective. Les chercheurs
n’hésitent plus à aller sur la place publique pour participer à ce dialogue, avec la rigueur du scientifique et la passion de l’être humain. Une exigence  supplémentaire que se donnent de plus en plus les membres de la communauté scientifique.

Didier Moreau

 

 

Publié par thierry pasquier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.